Viviane Jacot, consultante en formation, membre de l’Arfor depuis 1985

Sa carrière donne le vertige. Les fonctions et responsabilités défilent, plus prestigieuses les unes que les autres. Pourtant c’est sa simplicité qui frappe lorsqu’on la rencontre. Femme de conviction, elle se bat pour des valeurs d’égalité et de solidarité. Dans la vie comme dans son métier. Parce que chaque personne, assure-t-elle, mérite de progresser.
 
Sa première motivation au travail, c’est de mettre sur pied de nouvelles approches qui aient du sens. «Pour la gestion immobilière des Rentes Genevoises, nous avons été les premiers certifiés ISO 50001 en Europe. Nous veillons à préserver le patrimoine immobilier, tout en prenant en compte l’écologie, l’humain et l’esthétique.» Visionnaire et fine stratège, elle siège au Conseil d’Administration et préside la Commission immobilière.
 
Cette attitude de pionnière, elle la porte jusqu’au bout du monde. Dans une mission en Chine, en partenariat avec l’Université de Genève, et dans un projet d’envergure d’une durée de sept ans, en Bosnie Herzégovine, avec l’association Hope et les HUG, où elle contribuera à former et coordonner des équipes pédagogiques. «Dans ces projets, j’apprécie autant les aspects stratégiques que l’opérationnel. J’aime accompagner les gens à devenir autonomes et leur donner des outils pour le faire.»
 
Formée par l’Arfore
 
C’est à l’Etat de Genève qu’elle fait ses premières armes comme responsable de formation. «J’y découvre le plaisir d’animer des formations pour adultes, notamment grâce à Edouard Comment, alors président de l’Arfore Genève et responsable du service formation de Migros Genève.»
 
On l’appelle ensuite pour créer et diriger, tour à tour, le service du perfectionnement professionnel à l’Office d’Orientation et de Formation Professionnelle, l’actuel OFPC, puis le centre de formation aux HUG. Après quoi, elle décide de s’installer à son compte.
 
Déjà dotée d’un bon bagage universitaire et post-grade, c’est pourtant à l’Arfore qu’elle dit avoir appris son métier de responsable de formation. «J’ai longtemps eu en charge la commission programmes. Nous nous retrouvions souvent entre collègues pour des échanges de pratique et d’outils, dans une confiance totale. Rien n’était figé, tout était à créer, nous étions des pionniers et ce travail était passionnant.»
 
Une voyageuse, amoureuse des lettres et des oiseaux
 
Née à Zürich, elle passe son enfance à Genève, où son père est chercheur, puis s’installe dans le sud de la France, à Londres, avant de revenir à Genève. Des changements d’horizon qui l’ouvrent aux différences interculturelles et lui donnent l’envie d’enseigner les langues: le français en Angleterre, puis l’anglais à Genève.
Traductrice de livres de John Townsend dans le domaine de la formation, elle s’adonne à la peinture et à l’ornithologie. «Une passion qui m’a amenée à voyager dans des lieux parfois inhabituels pour observer les oiseaux, les recenser et les baguer. Ça m’a permis de rencontrer des personnes passionnées comme moi.» Ce contact ressourçant avec la nature l’amène encore aujourd’hui à s’investir pour la protéger.
 
Sa passion pour le métier
 
«La formation nous permet d’être libres et de stimuler notre créativité», affirme-t-elle. Ce qu’elle prend comme un grand privilège. Elle considère son métier comme un apprentissage permanent, où chaque intervention l’enrichit de nouveaux outils et la fait évoluer. «Dans mon dernier séminaire stratégique, j’ai débattu de la désintermédiation, une nouvelle tendance qui consiste à supprimer des intermédiaires et à internaliser des activités jusqu’alors sous-traitées. J’apprécie d’être impliquée dans ces évolutions à fort impact dans les entreprises.»
 
Les retours des participants contribuent à donner un sens à son travail. «Parfois longtemps après la formation, certains m’expliquent, avec reconnaissance, comment ils ont changé leur manière de s’organiser, de gérer leurs priorités. Ça me touche de voir qu’ils ont réussi à se remettre en question et à améliorer quelque chose dans leur vie.»
Elle milite pour une formation en faveur du plus grand nombre. D’où son implication dans des dispositifs comme la VAE, qui vont dans le sens de la reconnaissance des expériences. «Pour moi, le principal but de la formation, c’est de déclencher un processus d’auto-formation chez les personnes qu’on accompagne. Après, on n’a plus qu’à soutenir le changement.»
 
Ses activités actuelles comme consultante indépendante depuis 1997
 
– Animation de séminaires en communication, gestion de projets, gestion du temps, lecture rapide, efficacité, stratégies d’apprentissage, formation de formateurs, etc.
– Conseil, coaching, supervision et développement organisationnel – Agréée par l’Institut Herrmann et par ICF (International Coach Federation)
– Experte pour divers examens (maturité professionnelle commerciale, examens d’UF pour Espace Entreprise, examens de CFC d’employé-e de commerce, par examen et par validation des acquis, diplôme d’enseignant de la formation professionnelle de l’IFFP par VAE)
– Recrutement et assessment
– Membre du Conseil d’Administration des Rentes Genevoises, Présidente de la commission informatique (migration vers un nouveau système) et de la commission immobilière (parc de 39 immeubles)
 
Contact: viviane@jacotconsulting.ch
Propos recueillis par Isabelle Lebon

 
PDF_download

Parution
Agora n°12
Catégorie
Cahier
Rubrique
Entre nous
Auteur
La rédaction