La pratique du formateur

Ayant le privilège de pratiquer cette merveilleuse activité depuis plus de vingt ans, en particulier  en formant des formateurs d’adultes, je me suis  souvent demandé qu’elle pouvait bien être la source d’une motivation qui perdure depuis si longtemps.

Comme pour la plupart d’entre nous, la formation est mon deuxième métier.

Dans une autre vie, je me souviens avoir œuvré dans le spectacle en tant que scénographe, ce qui m’a permis de participer à de nombreuses créations collectives, avec bonheur et enthousiasme. J’ai côtoyé des gens passionnants et exploré une multitude de domaines d’activité.

Et puis un jour, la formation est venue frapper à ma porte, j’y ai goûté et elle ne m’a plus quittée.

A mes yeux, les deux axes d’intervention prioritaires du formateur d’adultes, quel que soit son domaine d’enseignement, sont la responsabilité et la stimulation.

La responsabilité occupe l’axe horizontal statique et intemporel de sa mission.

Elle est présente en permanence dans la posture du formateur en ce qu’elle incarne la matière enseignée, tant dans les potentiels d’application qu’elle recèle, que dans la plus-value liée aux transferts opérés dans le quotidien de l’apprenant. En ce sens, le formateur représente un modèle auquel le participant peut s’identifier.

Le processus de transfert intègre trois aspects: les compétences à acquérir, l’évolution de l’identité socioprofessionnelle et la déontologie liée à l’activité poursuivie, orientée vers la mission qu’elle sous-tend.

La stimulation occupe l’axe vertical dynamique et individualisé de sa mission.

Elle est dépendante des potentiels manifestés par chaque apprenant et de l’environnement dans lequel il opère. Elle consiste à discerner les capacités dont le participant est porteur et dont il ignore encore la présence, et à en favoriser la prise de conscience, puis à les mettre en parallèle avec les opportunités présentes sur le marché. Cette démarche exige un effort de décentration, assorti d’une vision à long terme quant à l’évolution de la société et aux besoins en devenir qui y sont liés.

Savoir être ambitieux vis-à-vis de ses apprenants sans jamais être exigeant, savoir s’engager dans la relation en renonçant d’emblée à toute attente de retour.

Françoise de Senarclens, Formatrice d’adultes, directrice de «de SenS»
desens@desens.ch

Parution
Agora n°19
Catégorie
Métier
Rubrique
Formation
Auteur
Françoise de Senarclens