Former des apprentis, est-ce rentable pour les entreprises?

D’emblée, nous pouvons répondre par l’affirmative à cette question. Si ce n’était pas le cas, cela ferait longtemps que les entreprises suisses ne formeraient plus d’apprentis, et vous ne seriez pas en train de lire cet article. Eh oui, contrairement à ce que pensent certaines entreprises, les apprentis rapportent plus à leur employeur qu’ils ne lui coûtent. Telle est la conclusion de l’enquête Coût/Bénéfice de la formation des apprentis pour les entreprises suisses, réalisée par le Centre de recherche sur l’économie de l’éducation de l’Université de Berne à la demande de la Confédération.

Menée auprès de 2400 entreprises formatrices et 1800 entreprises qui ne forment pas de jeunes, cette étude démontre que près de deux tiers des contrats d’apprentissage se soldent par un bénéfice net en termes de productivité pour les entreprises formatrices.

Selon les chiffres de 2014, les employeurs suisses investissent près de 5.3 milliards de francs par an dans la formation professionnelle, tandis que la valeur ajoutée de l’activité productive des apprentis est de près de 5.8 milliards de francs. Concrètement, pour une entreprise, les coûts de formation pour un apprentissage de 3 ans, sont de CHF 86’415.-. Mais compte tenu du travail que fournissent les apprentis, un «bénéfice net» de CHF 8’713.- pour 3 ans est obtenu. Les chiffres sont légèrement moins favorables pour un apprentissage de 4 ans qui est, en principe, plus technique et qui requiert une habilité et un savoir-faire plus importants.

Bien entendu, tout ceci est issu d’une moyenne. Des facteurs comme la technicité du métier, la taille de l’entreprise, la motivation de l’apprenti et celle du formateur jouent un très grand rôle dans le résultat final.

Mais qu’en est-il du tiers d’entreprises restantes, qui ne réalisent pas de bénéfices à la fin du contrat d’apprentissage? Il semblerait que les revenus indirects à court et moyen termes viennent largement couvrir les frais initiaux, pour autant qu’à la fin de la formation, les entreprises engagent leurs apprentis. Elles réalisent ainsi des économies sur les recrutements et sur la formation des nouveaux collaborateurs. Et puis, imaginons l’état des compétences professionnelles de nos collaborateurs de demain si nous ne formions plus d’apprentis aujourd’hui!

Une fois un formateur me disait: «Rendez-vous compte, on les forme et après ils partent dans d’autres entreprises!» Si seulement ce dernier réalisait que le pire serait que l’on ne les forme pas et qu’ils restent dans l’entreprise!

In fine, sachez que la formation professionnelle rapporte quelque 500 millions de francs par an à l’économie suisse et met le pied à l’étrier à près de 80’000 jeunes chaque année. Plus de 18’000 de ces derniers entreprennent, par la suite, un Brevet ou un Diplôme fédéral. Voilà pourquoi à l’ARFOR, on croit au modèle de l’apprentissage!

Martin Déglon, Président de l’Arfor
martin.deglon@arfor.ch

Parution
Agora n°18
Catégorie
Cahier
Rubrique
ArforPro
Auteur
Martin Déglon