Emmener les ados en difficulté vers le monde professionnel

Quand les conditions de départ ne sont pas toutes réunies – résultats scolaires insuffisants, peu ou pas de réseau, etc. – trouver une place d’apprentissage peut s’avérer encore plus ardu. Le projet LIFT est un programme de prévention des risques de non insertion professionnelle pour les adolescents en fin de scolarité obligatoire. Il jette des ponts entre les écoles qui y participent, les jeunes qui en bénéficient et les entreprises qui les accueillent afin d’optimiser ce passage vers la formation professionnelle. Une opportunité à saisir pour toutes les parties prenantes.

Comment ça marche?

LIFT permet à des adolescents, entre la 9e et la 11e Harmos, d’aller se frotter à la réalité du monde professionnel, sur une base hebdomadaire et en dehors du temps scolaire. Ils développent ainsi leurs compétences sociales et professionnelles et pourront faire valoir ces premières expériences professionnelles et leurs acquis dans leur recherche d’apprentissage.

Les principes de base sont:

– L’identification précoce des groupes à risques par l’école partenaire, sur la base notamment de questionnaires fournis par le centre de compétences LIFT.

– La sensibilisation au monde professionnel grâce à des places de travail hebdomadaires (PTH) en entreprise, afin de développer des compétences sociales et professionnelles.

– Le suivi systématique et l’accompagnement des jeunes tout au long de l’expérience, via des modules d’accompagnement donnés par un-e enseignant-e qui endosse ce rôle LIFT. Ce responsable rencontre le groupe de jeunes LIFT toutes les 2 semaines, pour les préparer et optimiser leurs expériences en entreprise.

Mentionnons encore deux aspects tout à fait centraux:

LIFT est une démarche volontaire, ce qui implique que les jeunes décident eux-mêmes de s’y engager et se rendent sur leur PTH en dehors de leur temps scolaire.

LIFT est l’acronyme de «Leitstungsfähig durch Individuelle Forderung und praktische Tätigkeit», qu’on peut traduire par encouragement des compétences individuelles à travers des expériences pratiques. Initié en 2006 outre-Sarine, le projet s’est étendu sur l’ensemble du territoire helvétique. Il compte actuellement plus de 180 écoles secondaires partenaires dont une quarantaine en Suisse romande. En 2016, plus de 1500 jeunes ont pu en bénéficier en se rendant dans plus de 2000 entreprises partenaires. Soutenu notamment par le SECO et le SEFRI dans ses premières phases de développement, LIFT bénéficie actuellement de l’appui de l’OFAS et de différentes fondations, ainsi que de certains contrats de contre-prestations cantonaux.

Le centre de compétences basé à Berne assure plusieurs tâches pour le développement de LIFT en Suisse. Il accompagne les écoles partenaires depuis la phase de réflexion jusqu’à la pérennisation du projet, forme les partenaires locaux et propose des outils aux écoles LIFT pour garantir le déroulement du projet. Tout un travail d’information et de médiatisation est également effectué, que ce soit auprès du monde scolaire (via les revues pour enseignants, les conférences des directeurs, le bouche à oreille), mais également du monde professionnel (AG, chambres de commerce, regroupement de professions). N’oublions pas que sans les entreprises partenaires, LIFT ne peut exister. Ces dernières lui font d’ailleurs généralement bon accueil et sont contentes de s’engager pour la relève. L’idée d’intégrer un-e jeune sur une période de «longue durée» est séduisante, de même que la quasi-absence administrative. Relevons encore l’intérêt pour elles de valoriser leur RSE et de faire découvrir les professions qu’elles réunissent sous leur toit pour trouver leur-e futur-e apprenti-e.

Un patron, Keko Razzano, directeur d’une agence de communication, ayant participé à une expérience LIFT, atteste ces éléments et va même encore plus loin: «Cette expérience n’a pas été profitable qu’aux participants mais à nous tous également. Alors qu’il n’était pas dans nos plans d’intégrer un apprenti (nous n’étions alors pas une entreprise formatrice), la rencontre avec l’une des candidates nous a encouragés à le devenir. (…). Étant à l’OPTI, elle est revenue faire un stage chez nous et cette deuxième expérience nous a convaincus de faire le nécessaire pour lui offrir l’opportunité professionnelle qu’elle recherchait. Ainsi, en tant que directeur, j’ai décidé d’entreprendre la formation de Formateur en entreprise.» L’adolescente dont il fait mention est actuellement en 1e année d’apprentissage et tout se passe bien. Ces belles rencontres permettent aux jeunes, mais aussi aux entreprises partenaires d’envisager positivement les aspects liés à la formation professionnelle.

Le centre de compétences a pu tisser de précieuses collaborations avec d’importantes entités professionnelles, comme la Chambre vaudoise de commerce et d’industrie, la Fédération vaudoise des entrepreneurs ou encore Lausanne Région qui soutiennent concrètement et activement le projet.

Les résultats obtenus à travers les évaluations réalisées notamment par l’IFFP sont plus qu’encourageants et les avantages, pour toutes les parties impliquées, nombreux.

Aude Métral, Coordinatrice pour le projet LIFT, Suisse romande & Tessin
aude.metral@projet-lift.ch, www.projet-lift.ch

Parution
Agora n°15
Catégorie
Métier
Rubrique
Dossier spécial formation professionnelle
Auteur
Aude Métral