ARFORum: rendez-vous avec nos sens

Quinze minutes pour convaincre, ou plus précisément pour engager les participants à s’interroger sur les sens en formation.

Les cinq sens

C’est le défi lancé aux quatre intervenants invités à l’ARFORum de ce mois de novembre. Défi relevé pour Maeva Rosset qui a éveillé des souvenirs, des intentions avec ses petits verres à boire et à sentir, pour Cornelia Kauhs qui a donné goût au dessin qui raconte, au dessin qui résume une pensée, même aux moins doués du crayon. Défi relevé également pour Jessica Chauvet qui nous a prouvé que la pâte à modeler, ce n’était pas que pour les enfants, que les boites Flemo (mais non, je ne fais pas de pub!) pouvaient aider à conceptualiser des propos, à mettre en relief des idées, tout en mettant la main à la pâte. Défi relevé encore pour Safi Zahaf qui nous a fait prendre conscience que suivre une consigne avec nos petits doigts sur un djembé, ce n’était pas si simple… (Que dire dès lors de nos propres consignes de formateur parfois trop complexes). Safi Zahaf nous a rappelé que l’attention à l’autre, aux autres était essentielle et que la musique pouvait s’intégrer dans l’apprentissage.

Vertu de la vitesse

Chacun des intervenants, à sa manière, à son sens, a titillé notre imagination en un quart d’heure pointé. Pff! 15 minutes. Trop rapide? Pas forcément, certains participants ont relevé la vertu de la vitesse, l’obligation heureuse de plonger dans l’activité, de sortir, sans se poser de questions, de notre zone de confort. Et puis cela s’est fait dans une attitude accompagnante, non «jugeante», en rires et en sourires… De quoi se «rafraîchir» pour reprendre une parole conclusive.

15 minutes, de quoi instiller aussi un brin de frustration… «Oui mais alors, comment, moi, dans mes formations…» On aimerait deviser sur la question, mais il est déjà temps de passer à l’atelier suivant, coup de sonnette oblige… Heureusement, c’est bien connu, la frustration est créatrice, elle va nous emmener sur notre propre chemin, nous permettre de trouver nos propres réponses. On se dit que se retrouver entre formateurs dans un deuxième temps autour de ces questions serait une bonne chose, preuve que cet «amuse-bouche» des sens appelle chez beaucoup des participants de cet ARFORum l’envie de se mettre au fourneau pour élaborer des recettes nouvelles, avec de nouveaux ingrédients, à se mettre en danger peut-être, à se former encore et encore, surtout pour offrir autre chose dans nos propres formations.

Les ARFORum ne proposent pas tous une formule «speed dating», mais tous tentent d’ouvrir les possibles, permettent de se rencontrer, d’échanger, de se nourrir (et je ne parle pas seulement des petits fours post-opératoires!)

Le comité d’organisation des ARFORum vous dit à bientôt et vous remercie pour votre participation bienveillante, curieuse et ouverte.

Parution
Agora n°18
Catégorie
Actu
Rubrique
On y était
Auteur
La rédaction